allier


allier

allier [ alje ] v. tr. <conjug. : 7>
s'alier v. 1100; lat. alligare
1 V. pron. S'ALLIER À, AVEC : s'unir par une alliance. « Napoléon III refusa : s'allier à l'Autriche, c'était renoncer à sauver l'Italie » (Bainville). s'associer, se coaliser, se liguer, s'unir.
Dr. S'unir par un mariage. « S'allier [...] à la maison d'un gentilhomme » (Molière).
2 V. tr. (XIIe) Combiner dans un alliage. Allier l'or et l'argent, avec l'argent. Argent allié de cuivre.
3Fig. Associer (des éléments dissemblables). « allier une avarice presque sordide avec le plus grand mépris pour l'argent » (Rousseau). concilier, joindre, marier, mêler. Pronom. S'associer, se combiner. « Certains rêves de tendresse partagée s'allient volontiers au souvenir d'une jeunesse » (Proust ).
⊗ CONTR. Désunir , opposer. ⊗ HOM. Alliez :alliez (aller).

allier verbe transitif (latin alligare, lier) Réaliser un alliage : Allier le cuivre et l'étain pour faire du bronze. Mêler, combiner, réunir ensemble des choses de nature différente : Allier la tendresse à la sévérité. Unir par le mariage ou par un traité. ● allier (difficultés) verbe transitif (latin alligare, lier) Construction Allier à / avec / et. On emploie indifféremment à, avec, et, dans la construction du verbe allier. En parlant d'un alliage, on dit plutôt : allier le cuivre et le zinc ou allier le cuivre avec le zinc. En parlant des liens du mariage, on dit : il s'est allié à une vieille famille de la région. Remarque Naguère, on employait à dans le cas d'une alliance entre deux éléments naturellement compatibles et avec dans le cas d'une alliance entre deux éléments de nature opposée. Cette distinction n'est plus observée dans la langue courante. ● allier (homonymes) verbe transitif (latin alligare, lier) allié adjectif et nom alliez forme conjuguée du verbe aller hallier nom masculinallier (synonymes) verbe transitif (latin alligare, lier) Mêler, combiner, réunir ensemble des choses de nature différente
Synonymes :
- mêler
Contraires :
- séparer

Allier
riv. franç. du Massif central (410 km), affl. de la Loire (r. g.); naît en Lozère.
Département: 7 381 km²; 357 710 hab.; ch.-l. Moulins (23 353 hab.). V. Auvergne (Rég.).

⇒ALLIER, verbe trans.
I.— Emploi trans. Réunir comme par un lien.
A.— Unir (des personnes, des collectivités ...) par engagement mutuel.
1. Vx. Unir des personnes, des familles par les liens du mariage. Allier deux personnes, une personne à une autre, une personne à une famille. Allier une maison, une famille à une autre (Ac. 1835-1932) :
1. Depuis que l'hyménée allia vos grands noms...
G. LEGOUVÉ, La Mort de Henri IV, 1806, III, 5 p. 389.
2. ... presque tout ce qu'il y avait de mariable dans la société s'adressait à ce prêtre n'affichant point de couleur politique, répandu dans tous les mondes et merveilleusement placé pour rapprocher des noms ou croiser des familles, associer des convenances ou équilibrer des positions, unir de l'argent à de l'argent, ou allier un vieux titre à une fortune neuve.
E. et J. DE GONCOURT, Renée Mauperin, 1864, p. 72.
2. Rare. Unir des partis, des personnes ... par un accord, des états par un traité ...; p. ext. unir des causes. C'est l'intérêt de leurs États qui allie ces deux Princes (Ac. 1798). Allier la France et l'Angleterre, allier la bourgeoisie et la noblesse (Lar. 19e). L'intérêt a allié ces deux peuples (Ac. t. 1 1932). Allier à/et/avec :
3. Il continua donc, avec Waldhaus, à soutenir Christophe contre les autres. Comme il ne manquait pas de sens pratique, malgré tous ses efforts pour se donner l'illusion du contraire, il eut très justement l'idée qu'il serait avantageux à son ami d'allier sa cause avec celle du parti musical le plus avancé du pays.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Révolte, 1907, p. 443.
B.— Combiner (des éléments dissemblables, voire opposés, qui ne sont pas unis naturellement).
1. Vx. Allier des métaux. Les combiner, les mélanger par fusion, par pression ..., procéder à leur alliage. Allier l'or avec l'argent (Ac. 1798-1932).
Rem. Attesté ds les dict. gén. des XIXe et XXe s.
P. ext. Allier des vins :
4. Quand on allie les vins du Midi de la France avec ceux du Centre, on obtient une liqueur que les départements du Nord préfèrent.
Lar. 19e, 1866.
Rem. Également attesté ds BESCH. 1845 (allier des liquides) et Lar. encyclop.
2. Allier qqc. à/avec qqc. Allier deux choses :
5. ... M. d'Urtubie, vieillard respectable, l'avait parfaitement jugé; il ne cessa de lui être favorable et de lui faciliter tous les moyens d'allier les biens du service avec les agréments de la société.
E.-D. DE LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 85.
6. Il était à cheval, et dans ce cavalier qui alliait la forte animalité boer à l'élégance d'un adolescent anglais, elle reconnut une si fière assurance qu'elle prévit l'inévitable dénouement de ce conflit familial.
J. et J. THARAUD, Dingley, l'illustre écrivain, 1906, p. 62.
7. En faisant passer dans son Jean-Christophe cet amas informe d'idées empruntées à tous les penseurs de l'Europe, à Nietzsche, à Tolstoï, à Gœthe, en prenant ses épisodes dans la vie des hommes illustres de toutes les nations, en souhaitant d'allier l'idéalisme germanique au rationalisme latin, M. Romain Rolland a voulu que son œuvre fût vraiment « européenne » ...
H. MASSIS, Jugements, t. 2, 1924, p. 151.
8. Le sens commun ne sait comment allier l'inexorable, et le libre.
P. RICŒUR, Philosophie de la volonté, 1949, p. 335.
Rem. Le suj. peut être de l'inanimé (supra ex. 8, infra ex. 9).
a) Harmoniser, marier, assortir :
9. Le costume oriental allie bien sa noblesse à la noblesse de ces ruines, et les chameaux semblent en accroître les dimensions, lorsque couchés entre de grands fragmens de maçonnerie, ces énormes animaux ne laissent voir que leurs têtes fauves et leurs dos bossus.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Génie du Christianisme, t. 2, 1803, p. 158.
Allier des couleurs :
10. Les ornements des prêtres — qui alliaient ces grenats et ces carmins qui sont le triomphe de l'Ingres de la Chapelle Sixtine — donnaient à la cérémonie un éclat alternativement sourd et vif, je ne sais quelle robustesse tout ensemble séculaire et noblement distante.
Ch. DU BOS, Journal, juin 1927, p. 287.
Dans le domaine culin. :
11. Il connaissait à fond l'art d'allier la purée de pommes à la côte de mouton.
Lar. 19e, 1866.
b) Rapprocher, associer :
12. Quand Derville leur demanda si c'était bien là que demeurait M. Chabert, aucun ne répondit, et tous trois le regardèrent avec une stupidité spirituelle, s'il est permis d'allier ces deux mots.
H. DE BALZAC, Le Colonel Chabert, 1832, p. 67.
13. ... les déclarant dieux, la renommée allie
Leurs noms dans les sonnets qui viennent d'Italie.
V. HUGO, La Légende des siècles, t. 1, 1859, p. 335.
II.— Emploi pronom.
A.— [Le suj. désigne des pers., des partis, des États] S'unir par engagement mutuel. S'allier à/avec/par
1. Vieilli. S'unir à une personne, à une famille par les liens du mariage. S'allier (par mariage) à une famille :
14. « ... il renie les Grandet de Saumur, et prétend s'allier à quelque famille ducale par la grâce de Napoléon ».
H. DE BALZAC, Eugénie Grandet, 1834, p. 23.
15. ... Bonaparte a obtenu la seule chose qui lui manquait : comme Philippe-Auguste s'alliant à Isabelle de Hainaut, il confond la dernière race avec la race des grands rois...
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 2, 1848, p. 407.
2. S'unir par un traité, une convention d'intérêt commun :
16. L'Europe était essentiellement divisée en ligue catholique et ligue protestante. Après le traité de Westphalie, cette distinction disparaît : les états s'allient ou se divisent par de tout autres considérations que les croyances religieuses.
F. GUIZOT, Hist. générale de la civilisation en Europe, leçon 12, 1828, p. 7.
17. Nous sommes des hommes de gauche; le mouvement gaulliste est soutenue par le grand capitalisme et il n'est pas question de nous allier à lui.
S. DE BEAUVOIR, Les Mandarins, 1954, p. 383.
B.— [Le suj. désigne des éléments dissemblables, voire opposés] Se combiner :
1. [En parlant de métaux] :
18. Le bismuth s'allie très-facilement aux autres métaux (...); c'est lui qui communique aux alliages fusibles leur principale propriété.
Ch.-A. WURTZ, Dict. de chimie pure et appliquée, t. 1, 1869, p. 606.
2. S'associer :
19. Les rêves de Platon, qui tendaient éminemment à l'enthousiasme, s'alliaient mieux avec un fanatisme ignorant et sombre : aussi les premiers Nazaréens se hâtèrent-ils de fondre leurs croyances avec le platonisme, qu'ils trouvaient établi presque par-tout.
P. CABANIS, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 1, 1808, p. 28.
20. Je la revois, maigre, ses cheveux d'un blond jaune tombant en mèches sur le front : renversée dans un fauteuil, son moignon emmaillotté sur un tabouret, elle tournait vers moi un visage où le vice s'alliait à je ne sais quel souvenir de pureté enfantine.
DANIEL-ROPS, Mort, où est ta victoire? 1934, p. 267.
3. S'assortir, s'harmoniser :
21. Les admirables constructions de Wolsey ont été religieusement respectées. Leurs gracieuses fenêtres, où le gothique s'allie à la renaissance, laissent voir les plus beaux gazons et des arbres de quatre siècles.
J. MICHELET, Journal, 1834, p. 753.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[alje], (j', je m') [ali]. La prononc. mod. avec 2 syllabes est signalée dès LAND. 1834 et BESCH. 1845 : -lié. FÉR. 1768, FÉR. Crit. t. 1 1787, GATTEL 1841, NOD. 1844 et LITTRÉ transcrivent le mot en 3 syllabes : a-li-é (cf. LITTRÉ). Enq. :/ali/. Conjug. parler. 2. Homon. et homogr. : allier subst. (terme de chasse). 3. Forme graph. — Prés. : nous allions, vous alliez; imp. : nous alliions, vous alliiez; prés. du subj. : que nous alliions, que vous alliiez.
Étymol. ET HIST. — 1. Ca 1100 s'alier « se joindre » (Rol., 1641 ds GDF. Compl. : Sun dragun portet a cui sa gent s'alient); 2. sens techn. a) 1170-1200 « fondre, mélanger [des métaux] » (Roman d'Alexandre, 452, 2 éd. Michelant ds T.-L. : Trente hanas de safre de tel tempre aliiés, Ja por cëir a tiere uns n'en sera brisiés); b) 1359 monnaie « id. » (Compt. mun. de Tours, p. 177, Delaville ds GDF. : Pour la quarte partie de IIc L. 1. de cuivre, mises et emploiees pour aloier le billon ouvré en la dicte monnoie).
Sens 1 empr. au lat. alligare au propre « attacher » d'où « unir » (CICÉRON, Planc., 81 ds TLL s.v., 1685, 2 : non modo beneficio, sed etiam benevolentiae significatione adligari hominem).
STAT. — Fréq. abs. litt. :414. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 941, b) 372; XXe s. : a) 438, b) 493.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BLANCHE 1857. — BOISS.8. — BOUILLET 1859. — BRUANT 1901. — CAPUT 1969. — DAIRE 1759. — DUP. 1961. — DUVAL 1959. — FROMH.-KING 1968. — KOLD. 1902 (s.v. alliance). — LAF. 1878. — LAV. Diffic. 1846. — LAVEDAN 1964. — PRÉV. 1755. — SPR. 1967. — ST-EDME t. 1 1824. — THOMAS 1956.

allier ou hallier [alje] n. m.
ÉTYM. 1416; lat. pop. alarium, d'ala, « aile ».
Techn. (chasse). Filet tendu sur deux perches pour capturer les oiseaux, notamment les cailles, les perdrix. Filet.
————————
allier [alje] v. tr.
ÉTYM. V. 1100, s'alier; lat. alligare.
1 (Surtout pron.). Unir par une alliance. || C'est l'intérêt qui a allié ces deux pays. Associer, coaliser, liguer, unir. || Allier qqn à (et, avec) qqn. || Allier, s'allier par (en raison de) qqch. || Ils se sont alliés en vue de, pour… || S'allier par l'apparentement électoral. Apparenter (s').
1 Que l'Orient contre elle à l'Occident s'allie.
Corneille, Horace, IV, 5.
2 Il ne put empêcher que l'Empereur, l'Empire et l'Espagne ne s'alliassent avec la Hollande.
Voltaire, le Siècle de Louis XIV, II.
2.1 (…) et plus il affirmait, avec une chaleur d'avocat qui plaide, avec une animation de suspect qui soutient sa cause, plus elle l'approuvait du regard et du geste, comme s'ils se fussent alliés pour se soutenir contre un danger, pour se défendre contre une opinion menaçante et fausse.
Maupassant, Fort comme la mort, éd. 1889, p. 96.
Dr. Unir (des personnes, des familles) par un mariage. Apparenter.
3 S'allier, comme j'ai fait, à la maison d'un gentilhomme !
Molière, George Dandin, I, 1.
4 Le Déshonneur d'un nom à qui le mien s'allie.
Racine, Iphigénie, III, 3.
5 (…) Le sang de César ne se doit allier
Qu'a ceux à qui César le veut bien confier.
Racine, Britannicus, I, 2.
5.1 (…) M. Grandet de Paris a de hautes prétentions pour son fils (…); il renie les Grandet de Saumur, et prétend s'allier à quelque famille ducale par la grâce de Napoléon.
Balzac, Eugénie Grandet, éd. 1838, p. 46.
2 (XIIe). Combiner (des métaux, un métal avec un autre) dans un alliage. || Allier l'or et l'argent, avec l'argent.
Fig. Associer (des éléments dissemblables). Concilier, joindre, marier, mêler.
(Sujet n. de personne ou n. de chose). Présenter ensemble (plusieurs éléments). || Allier le luxe au bon goût. || Son costume alliait des matières, des couleurs hétéroclites.
6 (…) allier les passions avec les règles saintes.
Massillon, Carême, Salut.
7 (…) on comprendra sans peine une de mes prétendues contradictions, celle d'allier une avarice presque sordide avec le plus grand mépris pour l'argent.
Rousseau, les Confessions, I, I.
——————
s'allier v. pron.
(Réfl.). S'associer, se combiner.
8 La dévotion, chez elles (les femmes), s'allie avec l'amour, avec la politique, avec la cruauté même.
Voltaire, le Siècle de Louis XIV, 4.
(Récipr.). → ci-dessus, 1.
——————
allié, ée p. p. Allié.
CONTR. Brouiller, désunir, disjoindre, séparer.
DÉR. et COMP. Alliable, alliage, alliance, allié. Mésallier. Rallier. — V. Aloi, aloyage.
HOM. Allié, hallier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Allier — Departamento de Francia …   Wikipedia Español

  • allier — Allier, Il vient de Alligo, alligas. S allier et s associer, Congerminare. S allier ensemble pour faire quelque chose, soit bonne ou mauvaise, Conspirare, Coire in foedus. S allier avec aucun, Accedere ad amicitiam alicuius, Venire in amicitiam… …   Thresor de la langue françoyse

  • Allier — bezeichnet Département Allier, ein französisches Département in der Region Auvergne Allier (Fluss), einen französischen Fluss, Nebenfluss der Loire Allier (Hautes Pyrénées), eine Gemeinde im französischen Département Hautes Pyrénées Diese Seite …   Deutsch Wikipedia

  • Allier —   [al je],    1) der, linker Nebenfluss der Loire, Hauptfluss des Massif Central und der Auvergne, 410 km lang, Einzugsgebiet 15 000 km2; entspringt im Lozère der Cevennen, fließt in seinem nach Norden gerichteten Lauf durch malerische Engtäler… …   Universal-Lexikon

  • Allier [1] — Allier (spr. alljē, der alte Elaver), Fluß im mittlern Frankreich, entspringt in 1423 m Höhe im Depart. Lozère, durchfließt in nördlicher Richtung die Departements Oberloire, Puy de Dôme und A. und mündet nach einem Laufe von 375 km unterhalb… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Allier [2] — Allier (spr. alljē), Departement im Innern Frankreichs, umfaßt den größten Teil der ehemaligen Landschaft Bourbonnais, grenzt im N. an das Depart. Nièvre, im O. an Saône et Loire und Loire, im S. an Puy de Dôme, im W. an Creuse und Cher und hat… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Allier — (spr. allĭeh), schiffbarer l. Nebenfluß der Loire, entspringt auf dem Lozèregebirge, mündet, 375 km lg., unterhalb Nevers. – Das zentralfranz. Dep. A., Teil der frühern Prov. Bourbonnais, 7382 qkm, (1901) 422.024 E.; Hauptstadt Moulins [Karte:… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Allier — (Allie), Elaver bei den Römern, entspringt im Lozèregebirge und ergießt sich nach einem Laufe von 40 M. 1 Stunde von Nevers in die Loire, ist schiffbar. Von dem A. hat das 85. Departement Frankreichs den Namen; es ist 130 QM. groß mit 312000 E.… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Allier — [ȧl yā′] river in central France, flowing northward into the Loire: c. 250 mi (402 km) …   English World dictionary

  • allier — (a li é) v. a. 1°   Combiner. Allier l or avec l argent. 2°   Réunir dans un intérêt commun, dans une action commune, en parlant des États, des peuples. C est l intérêt du commerce qui allie ces deux États. 3°   Fig. Réunir, joindre ensemble.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré